You are currently viewing La relaxation Biosappia©  et le cycle des saisons – Volet n°1

Pélerinage intérieur et transformation de soi par la relaxation Biosappia...

Au fur-et-à-mesure de ma découverte de ce fabuleux regard sur la vie que peut signifier la Biosappia® , c’est tout à fait naturellement et – je le réalise aujourd’hui – très intuitivement, que j’ai imaginé et construit des liens forts entre les différents outils proposés à mon expérience et les caractéristiques des saisons en ce qu’elles participent à la transformation de la nature. En pratiquant les exercices proposés, en imaginant des liens entre eux, à travers mes sensations, mes perceptions et mes ressentis, des rapprochements se sont ainsi tissés.

Mettre en place deux ateliers Biosappia® , au début de l’été puis au début de l’automne m’a invitée à aller au-delà de mon intuition afin d’imaginer différentes articulations entre les composantes de mon expérience et les constructions ancestrales « théorisant » les liens sacrés entre l’homme et l’univers. Eléments naturels, rythme et expression des saisons… quels liens existent avec l’être humain qui, au travers de son projet perpétuel d’évoluer, de grandir et de se transformer, révèle son besoin et la nécessité de revenir à ce qui l’a fondé, à ses racines et à ce qui transcende les formes de son existence ?

Ce premier volet assez théorique a vocation à approcher la Biosappia® en s’inspirant du regard sur la vie que nous offre la nature. Je vous propose de revenir aux éléments fondamentaux de son cycle naturel – les saisons et les transformations visibles que chacune d’elle opère – comme illustration des changements qui se mettent intimement en place chez la personne lorsqu’elle est accompagnée.

« Je suis l’éphémère se métamorphosant sur l’eau de la rivière et je suis l’oiseau qui, au printemps, naît juste à temps pour manger l’éphémère »

Papillon Biosappia
Chacun de nous, chacune de nos cellules, est à la fois le papillon d’une chenille qui s’est transformée dans un cocon et la chenille d’un papillon futur.
La transformation est un changement de forme, une restructuration. Son but ultime consiste à modifier notre façon de vivre non pour atteindre quelque chose, mais plutôt pour exprimer notre Moi profond. Un changement qui nous permet de grandir et d’accéder à des niveaux supérieurs plus créateurs, plus paisibles et plus puissants.
La transformation intérieure, c’est d’abord une reconnexion à soi à travers une première étape constituée par l’ancrage en nous-même. A partir cette reconstitution de nos racines, il sera possible d’initier l’activation de la circulation de l’énergie indissociable de l’émission d’une intention, d’un projet d’évolution et de transformation.
Reprenons ensemble les étapes de ce voyage que nous inspire la Biosappia et interrogeons-nous ainsi en osant quelques parallèles avec l’expression de chaque saison :

Réceptivité… Oser ce chemin vers l’intérieur de soi-même, c’est avant tout oser s’interroger sur tout ce en quoi je crois et que je défends. Qui suis-je ? Comment est-ce que je me ressens ? Quelles sensations m’effleurent dans le rapport que j’entretiens avec la nature, mon environnement ? Afin de parvenir à me créer, suis-je prêt à voyager nu et vulnérable, simplement vêtu de la conviction que la vie sait mieux que moi-même ce qu’elle me prépare ? – L’automne qui nous apporte la récolte, la moisson de ce qui a grandi en nous pendant le cycle précédent. Accueillons et observons-les…

Emissivité (douce)… Me remplir de la sensation que l’aventure est devant moi et laisser place au désir de découvrir ce qui se cache derrière le premier mouvement, la première impulsion d’énergie, l’intention initiale – le passage de l’automne à l’hiver qui prépare la nature au repos et à la gestation de ce qui adviendra.

relaxation - richesses intérieures

Recentrage et concentration sur soi… Réceptif aux sensations et aux ressentis générés dans mon organisme en phase d’exploration, abandonnant mon rythme habituel et mes routines, inscrit dans la force du présent, soudain je me rends compte à quel point le temps est relatif. Pour ne pas s’épuiser et trébucher, il ne s’agit plus de viser le but à atteindre mais de jouir de ce que l’expression de la nature me donne à accueillir, librement et en écoutant la part de moi qui cherche à se révéler – vivre dans l’instant et, à l’instar de l’hiver, se mettre au repos.

Mise à distance… Vivre un pèlerinage intérieur nourri de rencontres : rencontres avec les signes et les intuitions qui me permettent de grimper vers les prises de conscience nécessaires à ma transformation ; rencontres sensibles également avec ces démons qui me freinent, avides d’un ralentissement de mon avancée, me rappelant à mes doutes, aux hésitations liées à mon passé et à celui de mes ancêtres. Accepter et intégrer dans mon champ de conscience ce « désagréable » qui constitue, malgré moi, la personne que je suis, puis mettre à distance et m’en éloigner pour poursuivre mon trajet – choisir ce qui adviendra à travers la transformation et se débarrasser de ce qui devient futile. Se préparer à l’arrivée du printemps.

Apparition des richesses intérieures… Accepter, quelques instants, de perdre mes repères pourtant solidement attachés, de quitter mes convictions et mes routines et laisser progressivement place à l’avènement de richesses intérieures insoupçonnées. Ne pas oublier qu’un pèlerin intérieur ne se perd jamais et qu’il est toujours exactement là où il doit être afin de cultiver l’art de se laisser émerveiller par ce qu’il découvre à travers les méandres de sa nature profonde et encore intacte – accueillir et permettre à l’énergie de gonfler en nous, comme au printemps. Et redécouverte de l’exceptionnel dans le familier…

Ouvrir ses sens et ses émotions à ce qui se présente, à ces révélations réconfortantes et ressourçantes dont je suis finalement le créateur. Ouvrir également ses sens à la vie qui s’intensifie. Rester profondément attentif à cette personne qui se découvre à travers un miroir à multiples facettes… et, me délectant du triomphe de mon arrivée, prendre le temps de savourer et maintenir ainsi l’équilibre sur mon nouveau terrain d’élection, réceptif cependant à la possibilité d’existence d’un prochain cycle de transformation – plénitude de l’été et de sa magnificence.

Eléments naturels, rythme et expression des saisons… Quels liens avec l’homme qui, au travers de son projet d’évoluer, de grandir et de se transformer, révèle son besoin de revenir à ce qui l’a fondé et à ses racines fondamentales?

Dans le prochain volet de cette série portant sur les fondements de la cure Biosappia© , je vous proposerai un certain regard sur le cycle des saisons en lien avec l’évolution de notre énergie intérieure. Si cela vous intéresse et si ce thème attise votre curiosité, n’hésitez pas à me contacter.

La relaxation Biosappia© et le cycle des saisons – Volet n°1

Laisser un commentaire

3 × 2 =